Dimanche, jour de la famille

Lundi dernier à Bruxelles, la Fédération des Associations Familiales Catholiques en Europe (FAFCE) a pris part à la rencontre de l’Alliance Européenne pour le Dimanche, intitulée : Dimanche chômé et horaires de travail corrects en Europe : Quels chemins pour avancer ? Cette réunion était spécifiquement conçue pour les membres et les soutiens de l’Alliance Européenne du Dimanche, visant à un échange sur la promotion d’horaires de travail corrects. Des bonnes pratiques des campagnes de l’Alliance du Dimanche à travers l’Europe ont été présentées, ainsi que des initiatives prises par des parlementaires européens.

Prenant place trois mois avant les élections européennes de Mai 2019, cette réunion visait à faire prendre conscience à certains parlementaires clé et aux candidats de l’importance du sujet du Dimanche chômé et des horaires de travail corrects, et les amener à prendre part à la campagne. Pendant la réunion qui s’est tenue au parlement européen, l’accent a été mis sur les campagnes et le travail en cours des Alliances du Dimanche d’Autriche et de Croatie. La nouvelle législation polonaise a également été mentionnée : depuis le 11 mars 2018, les activités commerciales le Dimanches sont limitées dans ce pays. Les travailleurs polonais et leurs familles apprécient cette loi qui favorise un meilleur équilibre travail-famille.

L’alliance européenne du Dimanche rassemble diverses associations de la société civile (dont l’Alliance pour le dimanche suisse), des syndicats et des églises  pour faire prendre conscience de la valeur spécifique d’un temps libre synchronisé dans nos sociétés européennes.

Le président de la FAFCE, Antoine Renard, a déclaré : « La FAFCE a toujours été un ferme soutien de l’Alliance Européenne du Dimanche, dès la première heure. Les familles ont besoin de travail, d’un toit et de temps. Et du temps cela veut dire au moins un jour complet de repos en commun par semaine, et ce jour dans notre culture est le Dimanche. » La protection du Dimanche comme jour commun de repos pour tous les Européens est motivée par des considérations liées à l’effet de ce jour de repos sur la santé, la sécurité et l’équilibre travail-famille, ainsi que des considérations de nature culturelle, religieuse et éducative. Les associations familiales se sentent directement concernées.

2019-03-01T13:13:02+00:00 01.03.2019|