Reportage : Théorie du genre – la dernière « dictature »

Dans leurs nombreux articles, Jeanne Smits et Clémentine Jallais, toutes deux journalistes à Réinformation.tv, reviennent régulièrement sur la nouvelle idéologie mise en place dans la plupart des pays industrialisés : la théorie du genre. Ce concept inique prétend que c’est la société et l’environnement qui conditionnent le sexe chez une fille ou un garçon et non la nature. Regardez le reportage sous: Réinformation.tv

En fait, les protagonistes de cette nouvelle « dictature » idéologique rendent volontairement les choses confuses afin de semer le trouble chez nos concitoyens. Ils affirment que le « type sexuel » fait référence aux différences biologiques entres hommes et femmes, alors que le « genre » réfère aux différences sociales. Pour être tout à fait précis, ce concept est apparu dès les années 1950 mais s’est à ce point répandu ces dernières années … qu’on l’enseigne à l’école.

La théorie du genre ? Bien sûr qu’elle est enseignée à l’école !

Il y a peu, la directrice générale de l’UNESCO, Audrey Azoulay, a publié, par le biais de l’agence culturelle de l’ONU, les nouvelles normes en terme d’éducation auprès des plus jeunes. Dans un document de près de 140 pages, l’organisation internationale qui demande que l’éducation sexuelle complète soit enseignée dès l’âge de 5 ans, insiste lourdement sur le respect de l’orientation sexuelle, rejetant les stéréotypes.

Najat Vallaud Belkacem nie la vérité

Dans une interview accordée à Patrick Cohen alors sur France Inter, Najat-Vallaud Belkacem affirmait que la théorie du genre n’existait pas et qu’elle n’était pas enseignée. Le pape François qui dénonçait la mise en place de la théorie du genre dans les écoles, a fait l’objet, selon l’ex-ministre de l’Education Nationale, « d’une campagne de désinformation massive, conduite par les intégristes, la Fondation Lejeune, Vigigender… » Dans cet interview Najat-Vallaud Belkacem « conseillait au pape de venir à la rencontre d’enseignants, de feuilleter ces manuels scolaires et d’expliquer en quoi il y aurait une théorie du genre qui n’existe pas dans ces livres… ».

« C’est le problème des gens qui vivent dans le mensonge, vous ne pouvez pas les arrêter ! » explique Stéphane Duté l’ancien directeur France de Citizen Go, une fondation espagnole qui s’est notamment fixé pour objectif de lutter contre l’idéologie du genre. L’année dernière Stéphane Duté avait été pris pour cible notamment par Anne Hidalgo, la maire de Paris, parce qu’il avait fait circuler dans les rues de la capitale un bus dénonçant la théorie du genre.

Les journalistes de RITV ont mené l’enquête

Reinformation TV a pu se procurer un document signé de Najat-Vallaud Belkacem. Il s’agit d’une note au chef de l’inspection générale des affaires sociales. Dans ce document, l’ex-Ministre écrit …/… « Le féminin et le masculin sont avant tout des constructions sociales ». Dans ce reportage, nos journalistes sont allés à la rencontre de Benjamin, un étudiant âgé de 24 ans, inscrit en science de l’éducation dans une faculté de l’ouest de la France. Devant la caméra de RITV, il affirme : « J’ai assisté à des cours sur la théorie du genre. C’est vraiment un modelage idéologique de la part des professeurs. Cela nous est répété, répété par les professeurs pour cela “rentre” ! Ils disent souvent que le genre est un “constru” culturel ».

Des cliniques du « genre ». Des conséquences effroyables…

Pour Clémentine Jallais, les conséquences de l’enseignement de la théorie du genre sont effroyables. « Cela peut aller jusqu’au suicide. Le plus “drôle” dans l’histoire c’est que les tenants de la théorie du genre prennent prétexte de ce taux de suicide chez les jeunes qui se sentent confus dans leur genre pour opérer un changement de sexe, alors que ces enfants parvenant à l’âge adulte ont un taux de suicide de 20 à 30 fois supérieure à la moyenne ».

Regarder le reportage vidéo sous: Réinformation.tv

2018-12-04T15:27:29+00:00 04.12.2018|