M. John Sherwood, 71 ans, a été emmené menotté, interrogé dans un poste de police et détenu pendant la nuit après avoir été accusé d’avoir fait des commentaires homophobes devant la gare d’Uxbridge dans l’ouest de Londres. Il a dit avoir été contusionné quand la police l’a fait descendre du mini-escabeau qu’il utilisait et lui ait menotté les mains derrière le dos. La police a déclaré avoir reçu des plaintes selon lesquelles l’homme avait fait des «commentaires prétendument homophobes» et l’a arrêté en vertu de la loi sur l’ordre public, qui peut être utilisée sous la vague réserve que quelqu’un utilise des «mots abusifs ou insultants» qui causent «du tort» à quelqu’un d’autre. Il a ensuite été libéré sans inculpation.

M. Sherwood, pasteur depuis 35 ans, a déclaré : «Je ne faisais aucun commentaire homophobe, je définissais simplement le mariage comme étant une relation entre un homme et une femme. Je disais seulement ce que dit la Bible – je ne voulais blesser personne ou offenser personne. Je faisais ce que mon cahier des charges prescrit, c’est-à-dire prêcher l’Évangile en plein air ainsi que dans un bâtiment d’église. Lorsque la police s’est approchée de moi, j’ai expliqué que j’exerçais ma liberté religieuse et ma conscience. J’ai été forcé de descendre de mon escabeau et j’ai subi des blessures au poignet et au coude. Je crois que j’ai été traité de manière honteuse. Cela n’aurait jamais dû se produire.» M. Sherwood, qui prêche dans une église évangélique indépendante du nord de Londres, a été arrêté en vertu de la loi sur l’ordre public pour avoir prétendument provoqué des troubles pour certains auditeurs. Il a été libéré sans inculpation mais un dossier a maintenant été transmis au Crown Prosecution Service pour examen.

Dénoncé par un membre du public

La police métropolitaine a déclaré qu’un membre du public avait signalé aux agents en patrouille que M. Sherwood avait fait des commentaires homophobes. On a entendu deux femmes crier  »c’est un pays chrétien » alors que le policier emmenait l’homme de 71 ans qui avait refusé d’arrêter de s’adresser à la foule. M. Sherwood a déclaré que les agents l’avaient réprimandé sur son attitude envers les homosexuels et lui avaient même demandé ce qu’il ferait si ses enfants étaient homosexuels. Le père de deux enfants marié a déclaré :  »La question n’était pas pertinente pour l’allégation contre moi. J’ai dit que je chercherais à les amener à Christ, mais bien sûr, je les aimerais quoi qu’il arrive, car ce sont mes enfants ».

Andrea Williams, directrice générale du Christian Legal Center, a déclaré que la police avait besoin d’une meilleure compréhension de la loi concernant la liberté d’expression et de religion. Elle a ajouté : «Il y a l’idée que si les gens sont offensés, il faudrait arrêter quelqu’un, mais dans ce pays, nous avons également la liberté d’expression.» Un porte-parole de la police métropolitaine a déclaré que selon les normes professionnelles, contrôlées sur les séquences vidéo de l’arrestation de M. Sherwood, aucune faute n’avait été trouvée dans l’intervention des agents. Dans une déclaration publiée sur un Facebook chrétien, ses partisans lisaient : «Pendant qu’il prêchait, il a exposé les derniers versets de Genèse 1, déclarant que le but de Dieu en créant l’humanité était de placer les êtres humains dans des familles, dirigées par un père et une mère, pas par deux pères ou par deux mères. La distinction au sein de l’humanité de seulement deux genres, masculin et féminin, faits à l’image de Dieu, constitue l’essence de l’ordre créé par Dieu.»

Le pasteur Peter Simpson, ministre de l’Église méthodiste libre de Penn dans le Buckinghamshire, qui prêchait avec le pasteur Sherwood avant l’arrestation, a déclaré : «Tout ce qu’il a dit était basé sur la Bible. Il ne disait rien d’abusif ; c’est un ministre chrétien. Il ne semble pas être connu de la police que, pour des ministres chrétiens, de telles opinions existent. S’il y avait un défilé des Gays Pride à Uxbridge, la police le soutiendrait même si les chrétiens étaient offensés. Vous n’avez pas besoin d’être un chrétien évangélique pour être choqué par cela. Quiconque se soucie de la liberté devrait s’inquiéter de ce qui s’est passé à Uxbridge. Il s’agit de défendre notre civilisation chrétienne, ou ce qu’il en reste. La croyance en Genèse 1 : 27 est fondamentale pour la croyance chrétienne.»

Cette arrestation d’un ministre fidèle pour ne rien faire d’autre que de déclarer ce que la Bible enseigne sur l’une des questions morales importantes de notre temps révèle une attaque dangereuse contre la liberté d’expression et, non des moindres, contre la liberté des pasteurs chrétiens de déclarer en public tout ce que la Bible enseigne. L’État n’a pas le droit de décider que certaines parties de la parole de Dieu sont des zones interdites. Quel que soit notre avis personnel sur l’homosexualité, il est sûrement pertinent de se demander quel genre de nation nous sommes devenus pour que le ministre d’une église chrétienne soit arrêté pour avoir soutenu sur la place publique les vérités mêmes que Sa Majesté la Reine a promis de défendre en son serment de couronnement en 1953, une Bible à la main ?

Cancel culture

Andrea Williams a déclaré : «La prédication de rue a une longue et honorable histoire au Royaume-Uni. À bien des égards, elle symbolise le genre de libertés que nous chérissons dans ce pays. Donc, voir un pasteur de 71 ans arrêté de cette manière pour avoir prêché l’Évangile à Londres est profondément préoccupant. Les lois protégeant la liberté de prêcher en public sont très fortes. Malheureusement, ce que nous voyons trop souvent, ce sont des policiers qui sont prompts à arrêter à la première suggestion qu’un membre du public est offensé, en raison de la cancel culture qui prévaut. Le Christian Legal Center a défendu des dizaines de prédicateurs chrétiens pendant plus d’une décennie et a un taux de réussite de 100% sur cette question.»

La déclaration sur la page chrétienne a continué : «Un policier a également parlé à [un deuxième pasteur] du discours homophobe. Le ministre a expliqué que faire respecter la loi morale de Dieu et parler des dangers du péché en ce qui concerne les questions LGBT n’implique absolument aucune haine ou désagrément envers un individu ou un groupe de personnes. Néanmoins, la condamnation biblique de l’homosexualité est claire.» À cela, le policier a répondu que certaines questions ne peuvent simplement pas être évoquées dans les lieux publics, sous-entendant que l’homosexualité en fait partie.

L’agent a également déclaré qu’il n’y avait aucune liberté de faire des déclarations en public qui offensent les gens. [Le deuxième pasteur] a répondu que la police n’aurait aucune objection à ce qu’une Gay Pride soit organisée à Uxbridge, mais que cela serait très offensant pour les chrétiens croyant à la Bible. La déclaration conclut : «Cette arrestation d’un prédicateur fidèle n’ayant rien fait d’autre que de déclarer ce que la Bible enseigne sur l’une des questions morales importantes de notre temps révèle une attaque dangereuse qui se déroule dans la Grande-Bretagne moderne contre la liberté d’expression, et non des moindres, contre la liberté des pasteurs chrétiens de proclamer en public tout ce que la Bible enseigne (Actes 20:27).»

Source : www.lesobservateurs.ch